L'ALGERIE FRANÇAISE

LA BATAILLE D'ALGER -1957

Le général  Massu est investi des pleins pouvoirs, carte blanche lui a été donnée pour traquer les terroristes, du FLN . Lui et parachutistes ne lésineront pas et employeront tous  les moyens pour mettre un terme aux attentats ! 

Général Massu

Colonel Amirouche

Yassef Saadi

Colonel Godart

L'Algérie, les pieds-noirs et les Européens, sont tous tétanisés par les nombreux attentats et les crimes odieux très souvent gratuits opérés par le FLN, Il faut tenter de rassurer la population, à ce titre le préfet d'Alger et le gouvernement Guy Mollet s'en remettent au général Massu et ses parachutistes pour faire régner l'ordre et rassurer les habitants d'Alger !. 

 

Il faut maintenant se mettre à pieds d'oeuvre et ratisser dans les lieux suspicieux pour débusquer des alliés du FLN ou des rebelles  de cette armée. Le 7 janvier l'opération est menée dans la ville et gare à celui ou celle qui est suspecté ! Les paras ne tuent pas ! Avant tout il leur faut savoir qui a caché les bombes !

Aussi pratiqueront-ils la torture...

 

La presse s'insurge et se met en quête de témoignages ! Comme toujours,  celle-ci matraquera les unes de journaux de utilisation de la "gégène", tortures sous l'électricité, elle parlera de ces pendaisons par les membres, les bains forcés, les exécutions sommaires des suspects, les jugements expéditifs et condamnations par les tribunaux militaires, ainsi que des prisonniers dans des abris clandestins... Elle ne parlera ni des mutilations après exécutions, ni des émasculations, ni des démembrements, non !

La mission est de retrouver les vrais rebelles ! Et ce n'est pas en étant tendre que l'on arrive à soutirer le moindre des renseignements ! La presse le sait mais préfèrera dénigrer la cause et ses effets, cela fait partie du jeu sempiternel  et honteux de la caste les médias et corrompus !

 

Ceci dit, un rapport est rendu le 21 juillet , par une commission d'enquête, accablant  pour le moins...Le journal "Le Monde" trop heureux de saisir l'article le publiera, l'article sera rendu nul et sans fondement par les responsables politiques et les citoyens, qu'importe les partis, le linge sale doit être lavé en famille et si les militaires utilisent une lessive forte, motus! Motus et bouche cousue, d'autant que leurs actions payent. UN grand nombre de bombes ont été découvertes, ce qu'elles n'auraient pas été si la torture n'avait pas été le moyen radical pour se mettre à table !

Le FLN panique, et il tente d'organiser une grève générale le 28 janvier 1957...

Les paras mettront fin à cette folle espérance, faisant ré-ouvrir les rideaux de fer des commerces. 

L'attentat de La Corniche du 9 juin 1957 qui annonce la mort de plusieurs jeunes, fait réfléchir le colonel Yves Godard qui remplacera le général Bigeard ! La torture ne fera pas pas partie de son outil de travail, il préférera faire infiltrer des soldats dans les réseaux rebelles.  L'infiltration paye ! Le 24 septembre 1957, Yacef Saadi , qui est le père des attentats sur Alger, est finalement débusqué, arrêté et se met à balancer le réseau !

Le Milk Bar

Le FLN n'hésite pas, à employer "tous les moyens", une phrase chère à De Gaulle qui lui non plus n'hésitera pas à les "faire employer ces moyens par l'armée lors du putsch d'Alger; Mais nous y reviendrons... 

 

Djamila Bouhired et Zohra Drif sont l'un de ces "moyens" ! Recrutées par les FLN éxécutent les ordres qui leur ont été donnés. Les deux femmes, s'occuperont du glacier "Le Milk Bar"! Zorah, épouse d'un des neufs chefs de L'ALN, Rabah Bitat, Djamila Amrane , épouse quant à elle, de Jacques Vergès et toutes deux après avoir été faites prisonnières en 1957  seront graciées par De Gaulle lui-même en 1962 !

 

De Gaulle ainsi tirera une fois de plus les couvertures à lui, évitant évitant ainsi d'attiser les foules, avec ce geste de clémence! Après, ce qui adviendra est une affaire qui ne le regardera pas !  Mais là aussi, nous y reviendrons, nous n'en sommes pas encore au 5 juillet 1962...

Djamila Bouhired

Zorah Drif

Je pensais poster ici différents journaux, relatant les attentats, mais je ne le fis pas ! Nous assistons à une suite de copies collées avec à la une chacun approximativement le même titre, mais là où ils ne se suivent ces journalistes, c'est dans le nombre de victimes, tuées ou blessées ! Suivant l'appartance à la classe politique, ils s'arrangeront comme ils le font encore de nos jours, soit à minimiser ou accentuer le nombre de dommages collatéraux 8 Donc ...pas d'article de journaux ! 

Djamila Amrane

 

H

 

La thèse de Robert DAVEZAC : "Chronique des évènements et des actes de violence dans le Grand Alger" (1er juin 1958 – 30 avril 1961) à l’Université de TOULOUSE-MIRAIL énumère des centaines d’actes de violence, parmi lesquels : Samedi 26 janvier1957 vers 17 h. Deux jeunes filles entrent dans la brasserie "L'Otomatic"rue Michelet à Alger. La salle au rez-de-chaussée est bondée de jeunes étudiants et de familles entières attablées, s'accordant un moment de détente pour oublier la tension permanente. Aucune place vacante. Les deux jeunes femmes montent dans la salle au premier étage s'installent à une table et commandent deux rafraîchissements. Deux jeunes filles ordinaires que personne ne saurait soupçonner de vouloir semer la mort et la terreur. L'une d'entre elle a, posé sur ses genoux, un sac. Quelques minutes plus tard elles règlent leurs consommations et demandent la clef des toilettes situées au sous-sol. La jeune fille au sac pénètre dans le local dépose son sac sur la chasse d'eau puis disparaît avec sa compagne.
17 h 30 c'est le carnage. Les tables sont projetées en l'air, des débris volent, les vitres sont pulvérisées, les gens jetés à terre. Des cris, des larmes de la poussière et du sang partout. Des membres arrachés, des visages ensanglantés, des corps meurtris de débris divers. Un amalgame de gens les uns sur les autres, inconscients, estropiés ou hébétés.
Cette boucherie entrait dans le cadre d'une opération concertée. Au même moment deux autres établissements :
" La Cafétéria" presque en face, rue Michelet et le "Coq hardi", rue Charles Péguy connurentla même sanglante épreuve. On relèvera de cette triste journée 4 morts et 50 blessés dont de nombreux enfants dont certains très grièvement durent être amputés.
Les deux complices de l'attentat de l'Otomatic furent Zahia Kerfallah et une européenne, la demoiselle au sac : Danièle Minne au nom prédestiné. D'apparence timide et frêle, on lui aurait donné le bon Dieu sans confession.

Source: http://www.babelouedstory.com/voix_du_bled/terrorisme_fln/terrorismefln.html

L'année commence comme elle aura terminée, avec de nouveau, une série d'attentat à la bombe...( J'ouvre une petite parenthèse sur les attentats commis de nos jours en France qui ne sont perpétrés et commandités que par des groupes opuscules au service du gouvernement français ! Pendant que tu les suis, dans les médias, tu ne penses pas autre chose ! Lorsque les gens  se fixent trop  sur un sujet fâcheux... Si la peur s'installe et s'installe également dans le gouvernement, c'est pourquoi il lui faudra noyer le poisson.

 

Un exemple parmi tant d'autres... Le coronavirus , les confinements et les vaccins... Le gouvernement doit très vite inverser la situation ou tout au moins donner une pause à ceux qui pourraient devenir les complotistes. C'est alors qu'interviendra le fameux fait divers, en gros titre à la une dans tous les journaux avec des copies collés ! Aujourd'hui , n'importe qui peut être journaliste quoique ce ne soit plus le cas les journalistes virés sont remplacés des élèves de l'école sous payés ! Les journaux au bord de la faillite pour une poignée de dollars, une très greosse poignée j'entends ! Subventions de l'Etat, subventions particulières de la fondation Bill et Melinda Gates, ce qui expliquera pourquoi la même "Une" titrée !

 

L'Etat donc, commanditera un léger attentat que chacun oubliera, quelques jours après puisque de nouveau confrontés à ce qu'ils vivaient juste avant ! Oui un petit attentat pourquoi pas ! Mais voyez-vous la différence entre les attentats de jadis , ceux de la guerre d'Algérie et ceux commis en France aujourd'hui ? " Y'a pas photo" ! Oui ! Vous avez compris ! Il serait inutile que ces biens pensants nous prennent pour des abrutis ! 

3 janvier 1957; Une bombe dans un trolleybus: 2 morts

22 janvier: Un car destination Alger-Koléa est attaqué : 7 morts et 3 blessés graves.

26 janvier:  Le Coq hardi, l'Otomatic, et le Cafétéria sont tour à tour frappés d'une bombe

12 morts et 45 blessés.

10 février, c'est le stade d'El Biar et le Stade Municipal :  3 bombes explosent: On déplorera 12 morts et 45 blessés

3 juin: Les cibles sont choisies dans les quartiers populeux, des bombes sont cachées dans les lampadaires : 8 morts et 70 blessés.

9 juin: Le casino de la Corniche explose: 9 morts, 85 blessés dont 10 très grièvement!

26 juin: 33 bombes sont découvertes avant même d'être posées.

18 juillet: 5 bombes explosent dans le centre d'Alger, bilan: 5 morts et 3 blessés !

Le général Massu et ses parachutistes ont su mériter leur victoire ! Dans le camp adverse, c'est la guerre ! Le FLN après avoir été freiné dans son calendrier "opération attentats" s'en prend au MNA, exactions et assassinats ne se comptant plus ! Les agents du renseignement français vêtus d'un uniforme bleu, ont également réussi leur coup de maîtres dans les infiltrations chez l'ennemi.

 

En 1957, Un capitaine de la "bleuite" appelé ainsi de par la couleur bleu de l'uniforme, joue le tout pour le tout...La cible est la willaya du célèbre et non moins cruel "Amirouche" chef des insurgés des environs d'Alger...

 

Le capitaine relâche des prisonniers rebelles . Ces derniers recevront de faux messages dans lesquels il est dit que des postes à responsabilité leur seront promis au sein de la willaya. Naturellement tous vont se mettre à la tache et bientôt dans une liste de renseignements le nom de Yacef Saadi sera inscrit, poursuivi et arrêté. Mais le subterfurge ne dure qu'un temps il faut donc changer de méthode...

 

Le capitaine va alors semer la zizanie, créer un climat de suspicion dans les messages qu'il enverra cette fois en créant de fausses accusations ! Amirouche tombe dans le piège, il ira donc jusqu'à employer lui aussi la torture sur les listés qui très vite donneront une série de noms au hasard. Plus de 2000 noms seront ainsi jetés en pâture dans les mains des bourreaux de Amirouche . 

logopi10.gif
logopi10.gif

© 2020 par Jean-Paul ANDRY 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now