L'ALGERIE FRANÇAISE

dechirure 2048.png

LE COUVRE-FEU DU 6 OCTOBRE 1958 À PARIS

MESSAGE RADIO

Le 2 septembre 1958 : « Il est conseillé de la façon la plus pressante aux travailleurs nord-africains de s'abstenir de circuler la nuit dans les rues de Paris et de la banlieue parisienne et plus particulièrement de 21 h 30 à 5 h 30 du matin ».

Il semble que le FLN ne lave pas son linge sale en famille! En effet l'Algérie n'est plus le seul champ de bataille, aussi va-t-il entreprendre des exactions en métropole ! Qu'est-ce que la métropole qui ne se soucie pas de la situation en Algérie a-t-elle à voir? Toujours est-il que le 22 août des responsables du FLN se retrouvent à Sceaux en région parisienne pour décider des actions à mener sur Paris et les régions de France. Un telle décision d'hommes irresponsables en coûtera aux Algériens. Après les messages annoncés annoncés en boucle de par les ondes, dans les journaux et à la télévision, ceux-là qui en souffriront quelques jours plus tard n'imaginent pas un seul instant que leurs frères se soucient très peu de leur sort, c'est pourquoi ils ne tiennent pas compte de ces messages et continuent à vauer à leurs occupations.

Le 25 août, le FLN s'en prend à un dépôt d'hydrocarbures situé à Mourepiane près de Marseille, après une série d'attentats et de sabotages visant des cibles militaires, ce qui générera un climat de violence partout en France, essentiellement à Paris. Le préfet Maurice Papon, ancien préfet de Constantine n'a qu'un et unique objectif depuis sa nomination en mars 1958, dans sa mission " réprimer le terrorisme nord-africain"! Pour cela il commencera à s'attaquer aux détenus maghrébins alourdissant les peines de prison, et donnera carte blanche aux tribunaux militaires.

 

Les journalistes vont s'en donner à coeur joie, et le 1er septembre de l'année, au journal sera diffusé des prises de vue à l'intérieur des fourgons de police, également seront filmés les lieux de planification des opérations. Pour donner un peu plus de poids, le journal n'hésitera pas à cadrer en premier plan, le panneau "Cour du 19 août" apposé sur le mur de la préfecture de police. Tout sera diffusé au grand public, les interpellations en masse, le quadrillage de la ville, les interventions musclées des forces de l'ordre ! Autant dire que même si les époques changent, les journalistes restent les mêmes !

Capture d’écran 2020-12-26 à 14.40.38.

17 OCTOBRE 1961 : LA REPRESSION GAULLISTE DE LA MANIFESTATION FLN  A PARIS

Le 17 octobre 1961, le Chef de l'Etat, le général De Gaulle disposait de tous les pouvoirs. En outre,  il présidait le Comité des Affaires algériennes où ses ordres étaient directement donnés à Georges Pompidou, son premier ministre, à Louis Joxe, ministre des Affaires algériennes, à Roger Frey,  ministre de l'Intérieur et à Pierre Messmer, Ministre des Armées. Le préfet Maurice Papon a agi sur ordre du gouvernement qui, lui-même, appliquait les directives du général De Gaulle. Le nombre de victimes pro-FLN est estimé à quelques dizaines de personnes, voire 200 personnes maximum. Ce chiffre, grossi aujourd'hui à 300, voire 600, pour faire plus sérieux, doit être rapproché des victimes du FLN en France : 4176 tués et 8813 blessés, dont 3957 tués - 7745 blessés Français de souche arabe ou berbère. Des victimes « Françaises musulmanes » curieusement « oubliés » par les indignés du 17 octobre 1961.

Source: https://jeunepiednoir.pagesperso-orange.fr/jpn.wst/17octobre61.htm

rue 17 octobre61.png
Capture d’écran 2020-12-26 à 17.02.27.

Pourquoi donc ces morts le 26 mars et en juillet ?

MARTYRS DU 26 MARS.png
RUE DU 5 JUILLET62.png

Ce couvre-feu pourtant tombera en désuétude, ordre sera donné par le FLN à la population algérienne de ne pas en tenir compte, d'un autre côté, cela arrange le service d'ordre qui n'est pas prêt pour une telle opération...Cette fois, le gouvernement prendra des mesures, les mêmes que Macron utilise... "les attestations de sortie" Chacun doit donc justifier de sa présence de 21h30 à 5h30 dans les rues. Le communiqué annonçant cette disposition précise en outre "plus particulièrement"...pour les maghrébins circulant dans les rues de Paris et de la banlieue parisienne...  Aujourd'hui nous avons droit à notre tour à tout autre mot, qui sensiblement nous dit la même chose "Essentiel"! Ces fameux achats essentiels !

LE COUVRE-FEU DU 17 OCTOBRE 1958 À PARIS

" On s'est dit qu'il fallait faire quelque chose"...

Capture d’écran 2020-12-26 à 17.20.27.

A cinq mois de la fin de la guerre d'Algérie, le 17 octobre 1961, Paris a été le lieu d'un des plus grands massacres de gens du peuple de l'histoire contemporaine de l'Europe occidentale. Ce jour-là, des dizaines de milliers d'Algériens manifestent pacifiquement contre le couvre-feu qui les vise depuis le 5 octobre et la répression organisée par le préfet de police de la Seine, Maurice Papon. La réponse policière sera terrible. Des dizaines d'Algériens, peut-être entre 150 et 200, sont exécutés. Certains corps sont retrouvés dans la Seine. Pendant plusieurs décennies, la mémoire de ce épisode majeur de la guerre d'Algérie sera occultée.

Source

https://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/17/17-octobre-1961-ce-massacre-a-ete-occulte-de-la-memoire-collective_1586418_3224.html

"Occulté"!... dit le Monde ? 

logopi10.gif
logopi10.gif