LA  LEGION ETRANGÈRE DE 1831 À NOS JOURS ...

FIN DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

l'Africakorps de Rommel que l'on connait ainsi sous le sobriquet du "Renard du désert" et leurs alliés italiens tiennent à rejoindre Tobrouk pour foncer sur Alexandrie, mais avant d'y arriver, ils doivent passer Bir Hakeim . Cette plaque tournante de l'Egypte, se trouve dans un lieu où le soleil cuit la peau et l'eau se tarit chaque jour d'avantage ! Un fort arabe se dresse, sur 17 km de périmètre, sécuriser ce dernier revient à dire qu'il faut y mettre tout autour des barbelés, et miner le terrain aux alentours de quelques 50 000 mines, ce qui est fait ! Bir Hakeim est imprenable !

A quelques lieues de là, deux monticules représentées par des citernes enterrées dans le sable, ces deux petits monts ont une particularité, ils pointent vers le haut, on les appellera les "mamelles". Dans ce petit fort arabe, des sacs de sable sont entreposés pour couper l'ennemi qui s'aventurerait un peu trop loin dans les tranchées. A l'intérieur du fortin, les hommes s'enfouissent dans le sable.

 

Nous sommes en février, mais la chaleur est torride, nous ne sommes plus dans le climat tempéré de France. Le général Koenig compte un effectif de 3500 hommes, 2 bataillons de la 13ème DBLE sont sous les ordres du lieutenant-colonel Amilakvari, appuyé par la 2ème et 3ème compagnie qui elle est en réserve. A cela une demie-brigade de la Coloniale, un bataillons de fusiliers marins ainsi qu'un bataillon d'infanterie et un régiment d'artillerie de la Coloniale !

Du 2 au 14 septembre revoici de nouveau le RMLE confronté à une autre bataille, sa mission, participer à la percée de la position "Hindenburg" ligne allemande puissamment fortifiée et n'a jamais essuyé de revers de l'adversaire; Les Américains ont fait une tentative à la fin du mois d'août, mais qui est restée vaine, Il s cèdent donc leur place aux légionnaires... Ce qui sera fait le 1er septembre. Le 2, le RMLE  réitère et cette fois c'est Terny-Sorny qui plie. Le 5, le 3ème Bataillon prend position sur Sorny, Neuville-sur-Margival et le tunnel de Vauxaillon. Pendant 13 jours le RMLE progresse réalisant toujours des prodiges. Le Bataillon Maire fera de prisonniers plus qu'il n'a d'effectif. Le 17 septembre la mission est atteinte, la ligne 'Hidenbourg" montre une brèche.

Metz est dans les mains des Allemands, il faut pour le RMLE reprendre la ville, aussi vont-ils s'y préparer...l'attaque est prévue pour le 15 novembre, or, le cessez-le feu met fin aux combats. Le Régiment de Marche de la Légion Etrangère peut donc s'en retourner. La France lui doit énormément pour son service rendu !  Il s'en va donc et  ne disparaît pas ! Son drapeau décoré de la Médaille militaire et de la Légion d'honneur, cité 9 fois est présenté à un autre régiment,

Le 3ème REI qui va , lui aussi se couvrir de gloire dans les combats engagés au Maroc.

Le RMLE, sous le, commandement du lieutenant-colonel Rollet de nouveau, se distingue dans la percée de ligne Hindenbourg, le 14 septembre 1918, ce qui lui vaudra une 6ème citation à l'ordre de l'armée et le drapeau du Régiment de Marche de la Légion Etrangère accrochera la fourragère de la Légion d'honneur ainsi qu'une seconde fourragère de la croix de guerre 1914/1918. Le RMLE est le premier régiment de l'armée à recevoir la fourragère aux couleurs de la médaille militaire !

ORDRE DE LA Xe ARMEE N° 347 DU 10 NOVEMBRE 1918


Le Régiment de marche de la Légion étrangère est cité à l’ordre de l'armée pour les faits suivants :
«Régiment d’élite, qui, au cours des opérations du 27août au 16 septembre 1918, sous le commandement de son remarquable chef, le lieutenant-colonel ROLLET, vient d’affirmer une fois de plus ses hautes qualités militaires. Le 2 septembre, au mépris des feux croisés de mitrailleuses qui fauchent ses vagues d’assaut, il progresse jusqu’à son objectif, TERNY-SERNY qu’il atteint et organise, il s’y maintient repoussant de puissantes contre-attaques.


Du 3 au 13 septembre, par des combats incessants, nuit et jour, dans une atmosphère saturée de gaz, sous de violents bombardements et rafales de mitrailleuses, pied à pied à la grenade, il pousse ses lignes en avant en un effort héroïque constant.


Le 14 septembre, avec une fougue admirable, après douze jours de lutte très dure, il enlève un des saillants réputés inexpugnables de la ligne HINDENBURG au plateau de LAFFAUX y cueille plus de 500 prisonniers, des canons et une grande quantité de matériels ». sous le, commandement du lieutenant-colonel Rollet de nouveau, se distingue dans la percée de ligne Hindenbourg, le 14 septembre 1918, ce qui lui vaudra une 6ème citation à l'ordre de l'armée et le drapeau du Régiment de Marche de la Légion Etrangère accrochera la fourragère de la Légion d'honneur ainsi qu'une seconde fourragère de la croix de guerre 1914/1918.

 

Le RMLE est le premier régiment de l'armée à recevoir la fourragère aux couleurs de la médaille militaire !

Le RMLE, l'année 1920 embarque pour le Maroc, où le Rif va jouer une grande importance dans la pacification du pays. Avant tout, il s'agit de reformer les régiments et parfaire à l'instruction des nouvelles recrues, Le nouveau climat qui leur est offert ne leur facilitera pas le combat, il leur faut donc être initié à des tactiques guerrières autre que celle en Europe. Les tranchées ne sont plus présentes, les assauts ne peuvent donc plus être représentés comme tel, en revanche, l'adversaire est mobile, il connait le terrain sur lequel il s'engage... Les légionnaires doivent apprendre à se familiariser avec ses nouvelles techniques et savoir agir en souplesse dans les déplacements.

Les régiments de la Légion étrangère maintenant re-consolidés, le RMLE prend le nom de 3ème Régiment Etranger.

Capture d’écran 2020-12-05 à 15.48.03.
Capture d’écran 2020-12-05 à 15.48.03.

© 2020 par Jean-Paul ANDRY 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now