LA  LEGION ETRANGÈRE DE 1831 À NOS JOURS ...

LES TATOUAGES 

Fait par Bruno, à l'époque, le blanc ne tenait pas,  plusieurs passages mais en vain...

Les tatouages aujourd'hui, sont à la portée de tout un monde et ma page ne suffirait pas à vous montrer quelques exemplaires, la toile en est pleine à craquer !

Ce qui, hier était encore une marque d'esclavagisme, aujourd'hui se reconnaît plutôt comme étant une marque de fidélisation personnelle. à quelqu'un, quelque chose. Le fond ne change pas, tu appartiens toujours à...Voué à une adoration par une image...qu'elle soit personnelle ou signifiée...Tu lui resteras fidèle pour la vie, en ancrant et encrant dans ta peau cette représentation.  

Au XVIII ème siècle, les marins de retour, dont le célèbre capitaine Cook, d'un long périple au Pacifique sud, reviennent tatoués, arborant des dessins encrés et gravés sur leur peau "le tatau". (ta, voulant dire "inscrit sur la peau et "atoua", esprit...

 

Peu à peu ce terme devenait "tatoo" ! Le chirurgien du bateau, après une étude approfondie, déclare que le tatoo est un facteur de risques et de complications médicales. La Marine, l'Armée s'oppose à ses nouvelles pratiques et donc interdit le tatouage aux hommes. Une interdiction qui est bravée, la punition la prison et quelques jours de réflexion en son sein, n'effacera pas le souvenir gravé sur ta peau. Aussi, peut-on voir fleurir, dans les foires, marins et indigènes arborant des tatouages des plus surprenants.

De nos jours, tous, civils et militaires, s'arrogent le droit de se faire encrer le tatouage correspondant à sa personnalité. Les familles royales en Suède, au Danemark, immortalisaient leur blason de la même façon, sur le corps. En France, ce sera un peu plus subtile et malsain, celui ou celle qui lui appartient est marqué de la fleur de lys, emblème de la royauté. Les criminels seront donc marqués au fer rouge afin de ne jamais oublier leur souverain ! 

 

Ce qui était l'emblème royale deviendra très vite l'emblème des parias. Au bagne, les forçats suivent la même "éducation", ils sont aussi marqués au fer rouge !

Plus tard de 1850 à 1945, ce n'est plus malgré mais de bon gré que les prisonniers adoptent le marquage de la peau, un petit dessin retraçant ainsi leur histoire et leur passé sur leur corps. Aux yeux de l'opinion public, et du grand monde, le tatoué deviendra un marginal !

De nos jours, le tatoo n'est plus tabou, au contraire toutes les classes dans la société approuve cette marque personnelle, il est libre de circuler de partout dans le monde. Le tatouage peut avoir des vertus agressives, mais il peut aussi lorsqu'il est travaillé avec de bons outils et de bons matériaux, être aussi facteur de guérison, notamment pour le porteur d'eczéma, ou celui ou celle atteint de psoriasis et de dermatose.

Il y a quelques années de cela, excellait un professionnel du tatouage, c'était à celui ou celle qui se bousculait au portillon dans son échoppe, située rue Germain Pilon à Paris dans le quartier de Pigalle.

Se bousculer au portillon, n'étant pas un vain mot, ce dernier avait installé un petit portillon pivotant...l'accès à la galerie était donnée moyennant une pièce de 5 francs.

Je me souviens, lorsque mon tour était venu pour me faire tatouer une image dessinée présentée dans la galerie, qu'une personne habituée des lieux se faisait soigner chez Bruno avec un superbe voilier dans le dos gravé à l'encre de Chine. Ce voilier était irradié par un soleil représentant le Christ. Ce tatouage , certes ne se faisait pas en un jour, c'était un patient qui revenait chaque semaine pour traiter son eczéma. Je ne pense pas qu'il crachait au bassinet pour avoir accès au portillon...

Bruno avait longtemps, résidé en Afrique équatoriale, la population de l'époque était enchantée de son travail de chirurgie faciale, il redressait aussi les becs de lièvre des autochtones.

Nous ne nous attarderons pas  sur les méfaits ou non que le tatouage causerait, ne dit-on pas "fumer tue et pourtant ? Là n'est pas le sujet, il s'agit de consacrer une page dans ce site sur la mémoire dans la peau.

Le tatouage est avant tout une expression, un moyen aussi de communication, il affiche l'appartenance à ... une entité, il affiche aussi le sentiment, l'amour, la révolte, la bravoure. Cet art du corps, le "bodyart" véhicule une forte portée symbolique. Ce qui se grave dans la peau, dans sa propre chair a valeur d'éternité ! La souffrance peut aussi conforter et le corps et l'esprit.

Capture d’écran 2020-12-05 à 15.48.03.
Capture d’écran 2020-12-05 à 15.48.03.

© 2020 par Jean-Paul ANDRY 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now